Actualités

L’accès au massif des Alpilles restreint jusqu’au mois de décembre

En raison de trois chantiers importants se déroulant entre le mont Gaussier et le relais de la Caume, l’accès au massif des Alpilles est restreint jusqu’au mois de décembre.
plan-travaux-Alpilles.png

Ces trois chantiers débutent au mois d’octobre, une fois terminée la période de risque élevé d’incendie, et s’achèveront au mois de décembre, afin de respecter la période de reproduction des aigles de Bonelli :
enfouissement de la ligne haute tension de la Caume et déploiement de la fibre optique, le long de la voie d’accès reliant le parking de la Caume au relais de télévision (chantier Enedis / Bouygues) ;
travaux forestiers de débroussaillement (chantier Parc naturel régional des Alpilles, défense des forêts contre les incendies) ;
remplacement des échelles du mont Gaussier (chantier ville de Saint-Rémy-de-Provence).

Par mesure de sécurité, l’accès au mont Gaussier sera fermé jusqu’au 1er décembre (arrêté municipal n°2017-251), et la voie d’accès au relais de la Caume sera fermée jusqu’au 22 décembre (arrêté municipal n°2017-239).
Les promeneurs sont priés d’emprunter les déviations. Les voies d’escalade restent praticables durant le chantier, sauf celles du secteur du «trou souffleur» qui seront fermées du 23 octobre au 1er décembre.

Par ailleurs, le parking de la Caume sera fortement réduit afin d’accueillir les engins et le matériel de chantier. Les parkings en bord de D5 seront également fermés ponctuellement.

L’ensemble de ces trois chantiers sera bénéfique pour l’environnement (protection de la faune et de la flore, réduction du risque incendie), les paysages, le patrimoine local et la sécurité des promeneurs. Ils sécurisent par ailleurs l’approvisionnement électrique et renforcent la desserte numérique de la commune.

La ville remercie les usagers de leur compréhension.

Informations :
04 90 90 44 00 (Parc naturel régional des Alpilles)
04 90 92 70 14 (Service environnement – mairie de Saint-Rémy-de-Provence)

La protection du massif des Alpilles est l’affaire de tous

Les nombreux feux de forêt constatés cet été dans le sud de la France nous rappellent combien les Alpilles sont fragiles en cette période de canicule et de sécheresse prolongée. La ville de Saint-Rémy-de-Provence se mobilise actuellement pour prévenir le risque incendie et appelle la population à respecter la réglementation, pour sa propre sécurité et sous peine d’amendes.
Pour la sécurité des promeneurs et des riverains et la préservation des sites sensibles, l’accès aux massifs forestiers dans les Bouches-du-Rhône est réglementé par arrêté préfectoral du 1er juin au 30 septembre. En fonction du niveau de danger, l’accès aux massifs forestiers peut être autorisé (orange / rouge) ou interdit (noir) toute la journée. Les conditions d’accès sont définies chaque soir pour le lendemain et sont consultables sur le site cg13.fr, en appelant le 0811 20 13 13 ou sur l’appli mobile MyProvence Balade.
Très prisé par les visiteurs et les locaux, le lac de Peirou est concerné par cet arrêté ; il est donc interdit de s’y rendre quand le niveau de danger est noir.

ecogarde-dechets-peirou.jpgUne réglementation stricte
Lorsque l’accès est autorisé, les promeneurs doivent néanmoins se soumettre à la réglementation :
interdiction de fumer et de faire du feu (y compris en foyers entourés de pierres ou avec du matériel Camping Gaz !).
interdiction de déposer des ordures. 100 litres de déchets ont été collectés en quelques heures autour du lac de Peirou par les services municipaux. Ces déchets (mégots, bris de verre…) font courir un réel risque d’incendie. Un conteneur est installé et collecté régulièrement ; merci de l’utiliser !
interdiction de se baigner dans le lac, par mesure de sécurité, d’hygiène et pour le respect de l’environnement. De nouveaux panneaux ont été installés pour renforcer la visibilité de cette interdiction.

baignade-interdite.jpgEn journée, des agents de prévention et de sensibilisation aux incendies de forêt (Apsif), déployés par le Parc naturel régional des Alpilles, informent les promeneurs sur les interdictions et les risques. Le Comité communal feux de forêts est également très mobilisé pour surveiller en permanence le massif et informer les promeneurs.
Enfin, la police municipale de Saint-Rémy-de-Provence et la gendarmerie effectuent des contrôles à tout moment ; les contrevenants encourent une amende pouvant aller jusqu’à 135 euros. Cette présence policière continue a d’ores et déjà porté ses fruits.

Vous appréciez le cadre exceptionnel des Alpilles, merci de le respecter !

La ville de Saint-Rémy-de-Provence gagne en justice contre l’opérateur Free

Le 7 juin dernier, le Tribunal de Tarascon a donné raison à la ville de Saint-Rémy-de-Provence face à l’opérateur Free qui installait un réseau de fibre optique sans autorisation dans le vallon de Valrugues, site classé et protégé.

DSC_5095web.jpgLors du week-end de l’Ascension, les services municipaux ont été informés que l’opérateur Free intervenait dans le vallon de Valrugues, afin d’installer un réseau de 1900 mètres linéaires de fibre optique jusqu'à l’antenne TDF de la Caume. Ces travaux ont été entrepris sans autorisation, sur le domaine privé de la commune et dans un périmètre couvert par l’arrêté préfectoral de protection de biotope.

La ville a immédiatement déposé une assignation en référé au Tribunal de Tarascon pour ordonner l’interruption des opérations et la remise en état du site. Le 7 juin, le juge a donné raison à la ville : l’opérateur doit désormais retirer ses installations.

Cette réaction rapide du maire de la commune, Hervé Chérubini, montre une nouvelle fois sa volonté de protéger les espaces naturels des Alpilles, comme ce fut le cas avec le projet d’enfouissement de la ligne haute tension de La Caume.

En effet, les Saint-Rémois ne doivent pas confondre les travaux sans autorisation, opérés par Free au vallon de Valrugues et ceux conduits par Enedis pour “effacer” la ligne aérienne  haute tension, inesthétique, qui traverse les Alpilles sur 2 km, travaux qui donnent l’occasion à Bouygues Télécom de déployer la fibre optique. Ce projet lourd et complexe mené en partenariat notamment le Parc naturel régional des Alpilles et le Syndicat mixte d’énergie 13 est destiné à préserver le paysage, protéger les espèces animales et sécuriser l’approvisionnement électrique. Parmi les 4 tracés envisagés, l’un d’eux longeait Glanum par le vallon Saint-Clerg mais Hervé Chérubini s’était fermement opposé à ce tracé. Celui retenu se situe le long de la RD5, même s’il est le plus long (6,4 km) et le plus cher (plus de 600 000 euros) car c’est le tracé le plus respectueux des Alpilles. Le financement de ce projet est réalisable grâce à une aide conséquente de l’Union européenne (plus de 330 000 euros). Les travaux ont commencé début mai, dans l’agglomération Saint-Rémoise ; ils se poursuivront en novembre dans les Alpilles.

De nouvelles compétences pour la CCVBA

À compter du 1er janvier 2017, c'est la Communauté de communes Vallée des Baux – Alpilles (CCVBA) qui assumera la collecte des déchets, l'eau et l'assainissement, compétences détenues auparavant par la ville de Saint-Rémy-de-Provence.
Ce transfert de compétences n'occasionnera pas de changement pour les Saint-Rémois : les consignes de tri sélectif, les jours de sortie des sacs jaunes, les conditions d'accès à la déchèterie… sont inchangés.

Seules changent les coordonnées de vos interlocuteurs :

Pour les déchets :
info.dechet@ccvba.fr
Tél. 04 84 51 06 20
du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h

Pour l'eau et l'assainissement :
eau.assainissement@ccvba.fr
Tél. 04 32 60 62 82
Du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
et le vendredi de 8h à 12h.


Plus d'infos sur le site de la Communauté de communes Vallée des Baux – Alpilles

Des chemins ruraux désormais interdits aux quads et aux motos

Neuf chemins situés sur la Caume et sur la Petite Crau sont désormais interdits à la circulation motorisée de loisir.
chemins-ruraux.jpgCes dernières années, la circulation motorisée de loisir, principalement celle des quads et des motos, s’est fortement développée dans les Alpilles et sur la Petite Crau engendrant, plusieurs types de risques. Au-delà du dérangement de la faune sauvage qui réside dans ces espaces très fragiles, la circulation motorisée favorise l’érosion des paysages, les départs de feux, la dégradation des chemins, utilisés par ailleurs par les riverains, les agriculteurs ou les services anti-incendie. Cette pratique présente également des risques avérés d’accidents pour les promeneurs.

La commune, sur la base d’une étude menée par le Parc naturel régional des Alpilles (PNRA), a donc interdit l’accès motorisé, et notamment celui des quads et des motos, à neuf chemins situés sur la Caume et huit sur la Petite Crau. Seuls les véhicules du service public et des ayant-droits (propriétaires, exploitants agricoles, membres de la société de chasse…) peuvent circuler.

En parallèle de cette action, le PNRA, en collaboration avec la commune, a disposé des poteaux et des chicanes aux entrées de certains espaces naturels afin d’empêcher la pénétration de ces mêmes engins motorisés.

Chemins concernés :
La Caume :
• Chemin de Mussargues
• Chemin des Peirières vieilles
• Chemin des Peissonnières, Saint-Clerg et Roque Rousse
• Chemin de Camino-Luen
• Chemin des Perdiguières et des Calans (hors portion bitumée)
• Chemin de Cante-Perdrix et Galine (hors extrémité bitumée)
• Chemin de Pierredon
• Chemin de Gavon

Petite Crau :
• Chemin de Lagoy
• Chemin de Saint-Bonnet
• Chemin d'Eyragues à Saint-Andiol
• Chemin de Villargelle
• Chemin des Glacières
• Carraire de Micoulari
• Chemin du Piou
• Carraire de la Crau

Télécharger l'arrêté du 7 mars 2014 (avec les cartes)

Environnement