Venez découvrir le programme “Life des Alpilles”

Le Parc naturel régional des Alpilles et la commune de Saint-Rémy-de-Provence invitent les Saint-Rémois à venir assister à la présentation du programme européen "Life des Alpilles" ce mercredi 1er juillet à 18h, en salle de la Gare.
circaete-life.jpg

Piloté par le PNRA, ce programme vise à restaurer et à entretenir les habitats de 13 espèces d'oiseaux par une gestion conciliant les activités humaines et la préservation des milieux. Une quarantaine d'actions sont ou seront réalisées pendant la durée du programme, entre 2013 et 2018.

Au cours de cette présentation, le public pourra découvrir les objectifs et les partenaires du programme, les premiers résultats et les actions en cours, ainsi que les possibilités de coopération avec la commune et les acteurs locaux concernant :
• la plantation de haies
• la réouverture des milieux et le pastoralisme
• les aménagements cynégétiques (construction des garennes, etc.)
• la cartographie interactive en ligne.

Mercredi 1er juillet 2015 à 18h, salle de la Gare (place du Général-de-Gaulle)

La Maison du Parc :
un véritable atout pour la ville de Saint-Rémy

La Maison du Parc est le résultat de plus de 10 ans de procédures et de combat de la municipalité saint-rémoise pour qu’elle voie le jour à Saint-Rémy et pas ailleurs. Elle participera au dynamisme économique et touristique local et des Alpilles, pourvoyeur d'emplois.
La construction et la rénovation se veulent exemplaires d'un point de vue du développement durable et des économies d'énergie. Au niveau de la gestion de l'argent public, la Maison du Parc est tout aussi exemplaire puisque, initialement estimé à 4 millions d'euros, le projet coûtera au final 20% de moins. Ainsi les Saint-Rémois et les visiteurs pourront découvrir la demeure de la Cloutière, actuellement délabrée, entièrement rénovée, et profiter du jardin aménagé pour se détendre.
maison-pnr-vert.jpgPour toutes ces raisons, il est regrettable qu'un projet aussi important que celui de la Maison du Parc soit dénigré à travers certaines gesticulations médiatiques, à l’image de la manifestation organisée début avril. Ils étaient tout au plus une cinquantaine à s’être rassemblés pour dire leur opposition au projet, en totale contradiction avec l'opinion dominante des Saint-Rémois.

Ces manifestants s'opposent au projet architectural et aux choix esthétiques de l'extension bien qu'ils n'aient jamais eu, ni les arguments ni la volonté d’attaquer le permis de construire, seule véritable voie de recours. Alors pourquoi cette agitation, basée sur un tract truffé de contre-vérités ? Serait-ce pour donner au dossier une dimension politique servant les intérêts personnels et les velléités politiques de quelques-uns ?
 
Pour couper court à toute polémique stérile mais aussi pour être complètement transparente sur le dossier, la ville de Saint-Rémy a sollicité le Parc naturel régional des Alpilles afin qu’une exposition sur le projet soit organisée en salle des pas perdus de la mairie. L’exposition sera ouverte au public les mercredis 29 avril et 6 mai de 10h30 à 12h en présence de responsables du Parc. Elle permettra à chacun de vérifier l'intérêt majeur de cette réalisation qui respecte notre patrimoine bâti et naturel, en redonnant vie à une bâtisse du XVIIIe siècle et en aménageant un parc paysager en centre ville de Saint-Rémy.

Nouveau sens de circulation avenue Louis-Mistral à partir du 21 avril

plan Saint-Martin.png
Ce chantier d’une durée annoncée de 18 mois engendrera le mardi 21 avril au matin un changement du sens de circulation sur l’avenue Louis-Mistral et la rue Charles-Gounod, pour faciliter le passage des engins (cliquez sur l'image pour télécharger le plan). La circulation dans les deux sens sera toutefois possible pour les cyclistes ; la signalisation sera adaptée à cet effet.

Pour tout renseignement sur ce chantier, contacter le Parc naturel régional des Alpilles au 04 90 54 24 10



(communiqué de la ville de Saint-Rémy-de-Provence / 21 avril 2015)


Un Aigle de Bonelli retrouvé mort dans les Alpilles

Un jeune Aigle de Bonelli a été retrouvé mort à Saint-Rémy-de-Provence, dans le Parc naturel régional des Alpilles. De fortes suspicions de tirs sont avancées. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) est en charge de l’enquête judiciaire.
Le jeune rapace avait été bagué en mai 2013, quelques semaines après sa naissance, dans un massif voisin. Il fréquentait les Alpilles depuis novembre.
Alors que l'Aigle de Bonelli est particulièrement menacé et fait l'objet de toutes les attentions, cet événement choque tous les acteurs de la biodiversité qui œuvrent ensemble de longue date pour la protection de cette espèce emblématique du territoire. Il s'agit là d'un acte illégal de braconnage qui porte atteinte à cette espèce rare. C'est pourquoi une plainte contre X pour destruction d’espèce protégée a été déposée par le Parc naturel régional (PNR) des Alpilles, le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur (CEN PACA) et la commune de Saint-Rémy-de-Provence. De plus, les associations de chasse, au travers du Groupement d’intérêt cynégétique (GIC) des Alpilles, et la Ligue pour la protection des oiseaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur (LPO PACA) condamnent fermement cet acte de braconnage.

Cet acte irresponsable survient dans un contexte de forte mobilisation pour la protection des oiseaux dans le parc des Alpilles, au travers du programme européen « Life des Alpilles » (lire ci-dessous). En effet, l’Union européenne, l’Etat, le Conseil régional de PACA et le Conseil général des Bouches-du-Rhône viennent de s’engager dans un programme d’envergure porté par le PNR des Alpilles aux côtés de plusieurs partenaires, dont le CEN PACA, coordinateur du Plan national d’actions de Bonelli en PACA, la LPO PACA et le GIC des Alpilles. Il s’agit de concilier biodiversité et activités humaines, notamment par la gestion intégrée des habitats de 13 espèces d’oiseaux. Parmi ces espèces rares et emblématiques, l’Aigle de Bonelli est une figure de proue. Cette espèce est l’une des plus rares en France, c’est pourquoi elle fait l’objet d’un plan national d’actions qui vient d’être renouvelé par le Ministère de l’Environnement pour une durée de dix ans.

C’est un propriétaire agricole qui a fait la triste découverte, lundi 25 novembre 2013 sur son domaine, et contacté les services de la commune et du Parc. Le jeune aigle a été confié à l’ONCFS pour enquête.
L’Aigle de Bonelli est un rapace méditerranéen menacé de disparition en France, où ses effectifs ont diminué de près de 40 % au cours des 60 dernières années.
Sur 30 couples en France, 16 vivent dans la région PACA, dont 4 dans le massif des Alpilles. Environ 80 % des aiglons ne parviennent pas à l’âge adulte et meurent avant de pouvoir se reproduire car de nombreuses menaces pèsent sur eux. Parmi les plus importantes, citons les électrocutions sur les poteaux électriques et le braconnage. Depuis 2008, 9 cas de braconnage ont été recensés en France : 7 par tir et 2 par empoisonnement. Au vu de la difficulté de retrouver les cadavres, il est très probable que les chiffres réels soient nettement supérieurs.

Les acteurs en charge de la protection de l’Aigle de Bonelli rappellent la nécessité de préserver ce rapace remarquable, qui fait partie de notre patrimoine commun. La présence de l’Aigle de Bonelli est révélatrice de la capacité d’un territoire et de sa population à préserver sa richesse biologique. Les actions mises en œuvre dans le massif des Alpilles par la collaboration fructueuse entre de multiples acteurs en est un bon exemple. De tels actes isolés et insensés mettent à mal les efforts déployés pour protéger ce rapace et sont sévèrement condamnés par les chasseurs eux-mêmes. Les services de l'ONCFS et de la gendarmerie sont mobilisés pour l'enquête.

1,79 millions d’euros de subvention de l’Union européenne pour le Parc naturel régional des Alpilles

Le Parc naturel régional des Alpilles a obtenu 1,79 millions d’euros de l’Union européenne pour ses mesures de gestion durable des habitats d’oiseaux caractéristiques du massif, aigle de Bonelli en tête.
Le PNR des Alpilles porte un important projet visant à conforter les activités économiques humaines du territoire en s’appuyant sur sa biodiversité et sa richesse écologique, en partenariat avec de nombreux partenaires comme la Ligue de protection des oiseaux Paca, le Groupement d'intérêt cynégétique des Alpilles, le Cerpam, le CEN Paca, l’association A Rocha et le Groupement des oléiculteurs professionnels de la Vallée des Baux, ainsi que le conseiller scientifique M. Blondel.

Soumis à l’Union européenne, ayant passé avec succès la difficile épreuve de sélection, le projet, d’un montant de près de 2,4 millions d’euros, cofinancé par le conseil général, le conseil régional et la Dreal, a été classé premier projet français nature par la commission européenne, qui a décidé de lui octroyer un financement exceptionnel à 75%.

Ce financement participera donc au développement du territoire et de l’économie locale en s’appuyant sur la richesse écologique et paysagère du territoire avec pour objectifs principaux :
• optimiser l'articulation entre activités humaines et maintien de la biodiversité, 
• favoriser l'appropriation des enjeux écologiques par les acteurs locaux, 
• valoriser les activités humaines sur le territoire, au travers de pratiques écologiquement et socio-économiquement viables et de qualité.

Les premières actions seront lancées très rapidement : état des lieux des pratiques agricoles existantes, restauration de milieux ouverts, création d’un outil territorial de cartographie des enjeux avifaunistiques, création d’un point d’accueil à Orgon, sensibilisation auprès des scolaires…

logo-life.jpg logo-natura2000.jpg

Préserver et valoriser notre patrimoine naturel

Les Alpilles subissent une forte pression immobilière et foncière. Pour préserver leur intégrité sociale, culturelle, économique et écologique, les élus de seize communes ont fait le choix de créer avec l’appui de l’Etat et de la région un Parc naturel régional.

Sur plus de 50 000 hectares, le Parc naturel est composé de seize communes du triangle d’or, cerné par la Durance et le Rhône : Lamanon, Eyguières, Aureille, St Martin de Crau, Mouriès, Maussane-les-Alpilles, le Paradou, Fontvieille, les Baux-de-Provence, Saint-Etienne-du-Grès, Tarascon, Mas-Blanc-les-Alpilles, Saint-Rémy-de-Provence, Eygalières, Orgon, Sénas.

Constitution du parc
L’agence publique pour le Conseil d’information, la gestion des Alpilles et des espaces sensibles (CIGALES) est créée en 1996. Elle se donne en 2000 pour mission d’être la structure de préfiguration du Parc naturel régional. Elle est transformée en 2003 en syndicat mixte, pour lui permettre de gérer le futur Parc. Après trois ans d’élaboration de la charte et une année de validation, le décret créant le Parc naturel régional est promulgué le 30 janvier 2007.
Le PNR prévoit d’agir sur trois grands ensembles territoriaux : les espaces naturels, agricoles et urbains. Dans chacun de ces espaces, le Parc s’engage à préserver son « pitchot trésor », à agir pour son développement harmonieux et à y encourager culture, citoyenneté et vie sociale.

Les objectifs de la charte
Le Parc naturel régional des Alpilles est un territoire qui se fixe des objectifs pour 12 ans. Ces objectifs sont inscrits dans sa charte, document de référence pour tout le territoire, qui présente le projet de développement durable élaboré par les élus, les associations, les institutionnels, les socioprofessionnels et les habitants.
Ce projet de territoire pour les Alpilles s’appuie sur cinq priorités stratégiques :

  • La volonté de protéger, de gérer et de partager un patrimoine naturel, culturel et paysager d’exception, et de transmettre la culture provençale des Alpilles, vivante et en constante évolution,
  • L’exigence de mener une politique ambitieuse de maîtrise du foncier agricole et urbain, comme condition du développement durable et de la mixité sociale du territoire,
  • L’engagement de développer une économie respectueuse du territoire, dont l’agriculture est la clé de voûte,
  • Le choix d’un tourisme durable et d’une fréquentation maîtrisée des espaces naturels,
  • La détermination à faire de la participation et de la mobilisation des habitants et des acteurs locaux les fondements de la démocratie locale et de l’éco-citoyenneté.

Infos utiles

Parc naturel régional
des Alpilles


2 Bd Marceau
13210 Saint-Rémy-de-Provence

Tél. 04 90 90 44 00
www.parc-alpilles.fr

Environnement